DISCOTAKE !

Mai 2019 à Bordeaux

www.discotake.fr

 

 

PREMICES D’UN PROJET

DISCOTAKE se nourrit de la réflexion de Renaud Cojo entamée en 2012 avec l’écriture de  « La Modernité », manifeste dans lequel plusieurs propositions pour la Ville de Bordeaux étaient clairement énoncées.  Aujourd’hui, il s’agit de donner corps à ce manifeste en proposant un événement porté par la compagnie Ouvre Le Chien et un certain nombre de partenaires (tutelles, associations, centre sociaux, mécénat, bénévolat).

 

DISCOTAKE invite à explorer ce que la musique populaire produit dans la mémoire collective et intergénérationnelle, laissant souvent une empreinte indélébile.  DISCOTAKE place en son coeur, le rapport entre musique et spectacle vivant.

 

En créant en 2009, Et Puis J’ai demandé à Christian de Jouer L’Intro de Ziggy Stardust, Renaud Cojo invitait au cœur de son savoir-faire de metteur en scène, les référents évidents de sa culture musicale afin d’inventer un matériau de scène sensible. Outre le discours sur l’acte de création, cette proposition hybride plaçait également la citation sans équivoque, d’un célèbre album de David Bowie The Rise And Fall Of Ziggy Stardust And The Spiders From Mars (1972).

Ce spectacle fut joué plus de 120 fois en France et en Europe.


Avec cette performance, Renaud Cojo proposait un acte de création emprunt d’une culture musicale dont se nourrissent aujourd’hui nombre d’artistes (plasticiens, performers, chorégraphes, cinéastes, auteurs, etc …).

Contrairement au théâtre, la musique produit une immédiateté. La musique populaire créé une mémoire collective commune et intergénérationnelle, favorisant un archivage actif, une empreinte indélébile dans un parcours de vie. Un morceau, un album, est souvent vécu comme un référent, une obsession, et pour certains artistes, comme une force motrice.

 

DISCOTAKE se pense donc comme un espace d’expérimentations et de rencontres. Il met en son centre la musique populaire comme moteur d’un mouvement intime. Il souhaite renouveler “l’art de la reprise”.

 

DISCOTAKE invente et déploie des concepts pouvant voyager sur différents territoires, mettant en partage plusieurs protocoles à activer.

 

LES PERFORMANCES

 

DISCOTAKE souhaite inviter des artistes de la scène locale comme d’horizons plus lointains. Cette section est pensée comme un laboratoire, un carrefour de pratiques artistiques, de rencontres, de réflexions, un espace pour la création contemporaine.

Ouvre le Chien qui produit généralement ses propres spectacles, propose un accompagnement à ces artistes, tous animés qu’ils sont par une vision particulière du monde d’aujourd’hui. L’invitation qui leur est faite est donc de re-visiter à leur manière, un album, une œuvre musicale, du patrimoine mondial de la culture populaire. Le principe étant de créer « à partir de » et non pas de re-créer ou de réviser une œuvre préexistante. Ainsi, nous établissons un protocole pour lequel la compagnie propose une enveloppe financière de 5000 euros à chacun des artistes.

 

- La matrice de l’œuvre performative, son exécution, ne doit pas être musicale.

- La musique peut-être utilisée à condition qu’elle soit jouée en direct et ne doit pas excéder 25 % de la durée totale du projet.

- La durée de la performance ne peut excéder la durée de l’album en question.

- Les propositions doivent être légères techniquement.

- Le titre de la performance n’est pas obligatoirement le titre de l’album inspirant.   

- Une enveloppe financière de 5000 euros TTC est allouée à chacun des  artistes  invités. Ouvre le Chien se place donc comme coproducteur de projets, pouvant soit être présentés en “one-shot” lors de DISCOTAKE, ou bien devenir une œuvre à part entière que les artistes auront à cœur de développer.

Pour cette édition zéro de DISCOTAKE, les artistes invité.e.s Bettina Atala, Thibaud Croisy, Baptiste Amann, et Renaud Cojo produira également une oeuvre qui prendra comme point  comme point de départ le mouvement punk à travers l'album "Suicide" de Suicide (1977)

 

 

3300 TOURS / PASSION DISQUE

 

La musique étant un ensemble de pratiques culturelles étroitement liées au domaine du personnel et du subjectif, il s’agit ici, de mettre cette confrontation en partage.

La musique est également une voie vers la création de soi. Elle construit un sentiment d’identité parce qu’elle offre des expériences de corps (la danse instinctive), de temps (le vécu), de sociabilité, des expériences qui permettent de nous situer au cœur des récits culturels où l’imagination joue un rôle prépondérant.

Même si elle est associée à un facteur d’ intériorité, l’accent particulier mis sur la valeur d’écoute partagée, la volonté de « faire récit » intime avec une œuvre musicale, pose concrètement la question d’accessibilité à la musique grâce à son côté émotionnel, son articulation avec le vécu d’un témoin, dont l’action peut également constituer un vecteur de transmission en donnant à ressentir qui est l’autre.

 

Passion Disque se décline en deux temps :

 

Un travail entre des habitants de différents quartiers de la ville et Renaud Cojo sera étalé sur les mois précédent DISCOTAKE et permettra à la fois d’échanger et de recueillir des paroles pour la fabrication du spectacle 3300 tours ainsi que de préparer les sessions d’écoutes à domicile appelées Passion Disque  lors desquelles un.e habitant.e, livrera un récit personnel vis à vis d’un album choisi mettant ainsi en partage la façon dont le disque en question agit ou a agi dans sa construction intime.

Un appel à participation est lancé afin de sélectionner des hôtes sur la base du volontariat et où repérées  sur un territoire donné (réseaux sociaux, relais de proximité, opérateurs culturels, centre sociaux, etc…). Les hôtes indiquent le choix du disque qu’ils souhaitent mettre en partage. Une attention sera portée à l’hétérogénéité des choix musicaux et à l’aspect inter-générationnel des participant.e.s.

 

Idéalement, les hôtes posséderont une platine de disque vinyle et un système d’amplification adéquat.  Au cas échéant, l’organisateur aura à charge de procéder à l’installation dudit matériel.


Les hôtes acceptent de recevoir un certain nombre d’auditeurs à leur domicile dont ils fixent eux-mêmes la jauge dans la mesure de leur capacité d’accueil. Ils choisissent le jour et l’horaire du rendez-vous.

 

Les albums à écouter à domicile seront ensuite proposés à un public (‘Les auditeurs) qui choisiront grâce au site internet dédié discotake.fr leur choix musical.

Passion disque propose donc une rencontre avec un.e inconnu.e dans son espace d’habitation. L’aspect intime de la rencontre (partage d’un lieu privé et d’un pan de l’histoire personnelle de celui ou celle qui accueille la rencontre) est un facteur moteur du ressenti de la « vie de l’autre » et comment l’œuvre « fait chemin »  pour l’autre.

Le lieu et le nom de l’hôte sont communiqués la veille du rendez-vous à chacun des auditeurs et de façon individuelle. Les Passion Disque étant gratuits, les auditeurs sont invités à amener quelque chose à partager  en fonction de l’heure  du rendez-vous.

 

Un.e artiste (metteur.se en scène, photographe, auteur.trice) pourra également assister à cette rencontre et sera en capacité plus tard de générer un geste artistique induit par ce moment. Ces gestes ou traces pourront être présentées dans le cadre plus large de DISCOTAKE sous forme d’exposition, d’édition, de dispositifs etc .

 

A l’issue des écoutes à domicile se déroulant an amont et pendant DISCOTAKE les participants présenteront 3300 TOURS spectacle mis en scène par Renaud Cojo restituant dix morceaux de dix personnes issues de “Passion Disque”.

RENCONTRES / CONFERENCES

 

/ Conversation : Un Producteur d’Anthologie
Alain Lahana & David Sanson

 

 Alain Lahana fait partie des très grands de l’ombre, ceux qui savent le mieux se faire tout petit, mais royalement indispensables. Des organisations de concerts punks de sa jeunesse (les deux éditions du Festival de Mont de Marsan en 1976 et 1977), il a gardé l’inconscience de ne se faire dicter ses choix que par la passion. Il s'agira en fait ici du grand retour d'Alain dans la Salle des Fêtes du Grand-Parc, puisque il y a produit plus de 50 concerts (The Ramones, Iggy Pop, The Stranglers, Echo and the Bunnymen, The Pogues, The Lords of the New Church, Killing Joke, Steelpulse, The Cramps...)

Quand on sait que c’est grâce à lui que se sont faites dans l'hexagone les carrières d’Iggy Pop, Bowie, Patti Smith, Richie Havens, ou plus près de nous Ayo ou Giedré, on ne peut que s'attendre à un moment inoubliable…

/ Conférence « La Musique sur un Plateau »

David Sanson


Depuis quelques années, la musique sous toutes ses formes a envahi les plateaux de théâtre et de danse, mais aussi les centres d’art contemporain. Dans le même temps, nombre de musiciens semblent s’orienter vers des formes de plus en plus spectaculaires, voire théâtrales, de présentation de leur travail. David Sanson brossera par l’exemple les enjeux principaux de cette présence renouvelée de la musique sur la scène.

Après avoir exercé pendant 15 ans le métier de journaliste – principalement à la rédaction en chef des revues Classica puis Mouvement, ainsi que sur France Musique –, David Sanson poursuit un parcours pluridisciplinaire de conseiller artistique, d’auteur/traducteur et de musicien. Dans son travail de programmateur pour différents lieux et événements, à Paris (Collège des Bernardins, Palais de Tokyo, Théâtre du Châtelet, Monumenta au Grand Palais, Fondation Louis Vuitton) et à l’étranger (festival Santarcangelo dei Teatri), il a toujours eu à cœur de faire se rencontrer les esthétiques, les disciplines et les publics. Auteur de différents livres, sur la musique « classique » en particulier, aux éditions Actes Sud et Robert Laffont, il a également contribué, dans la collection « Bouquins », à la nouvelle édition du Dictionnaire du rock de Michka Assayas. En 2012-13, il a été le commissaire associé de l’exposition Europunk présentée au Musée de la Musique à Paris. Dans le domaine théâtral, David Sanson a collaboré avec les metteures en scène Aurélia

Guillet, Marc Lainé et Anne-Sophie Pauchet. Sous le nom de That Summer, outre six disques (publiés notamment par le label Talitres) et de nombreux concerts, il a par ailleurs noué de régulières collaborations avec des plasticiens (Saâdane Afif, Rainier Lericolais, François-Xavier Courrèges, Emmanuel Lagarrigue), des cinéastes et des metteurs en scène. En 2015, David Sanson a été missionné par Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, pour conduire les Assises de la jeune création, vaste chantier de réflexion pluridisciplinaire pour soutenir

l’émergence artistique. En 2016-17, il a été en charge de la programmation artistique des Ateliers Médicis, à Clichy-sous-Bois. Chevalier des arts et des lettres, David Sanson a été pensionnaire de la Villa Médicis en 2013-14 en tant qu’historien de la musique.

DES DISPOSITIFS

Dans le but d’atteindre  également les publics dans cette hybridité du contemplatif et du participatif, DISCOTAKE met en place un certain nombre de dispositifs installés plus généralement dans le hall et les parties annexes de la Salle des Fêtes ainsi que dans l’Annexe B.

/ La Cabine Ziggy Stardust

 

Une reconstitution à l’échelle 1/1 de la célèbre cabine téléphonique K6 londonienne de l’album « The Rise and Fall Of Ziggy Stardust and The Spiders From Mars » placée dans le hall, permettra à chacun de prendre la pause de David Bowie sur le recto de la pochette dudit album. Une page Instagram dédiée permettra de publier les photos de ces reconstitutions et ou de ces détournements…

#cabineziggy #discotake

 

/ Tague ta Loge

 

L’imagerie classique des salles de concerts rock induit un phénomène de tags ou de graffs comme autant de signatures, de signes distinctifs, de tribus différenciées, dont on retrouve les stigmates, le plus souvent dans les loges de ladite salle. Dans ce dispositif, nous demandons au public d’intervenir dans une loge reconstituée pour l’occasion et dans laquelle chacun pourra donner vie à son imagination sous la forme d’un tag.

/ Salon Sleeve Face

 

Le Sleeve-Face désigne un phénomène internet qui consiste pour une ou plusieurs personnes à être pris en photographie en posant avec une pochette de disque vinyle représentant des parties du corps (typiquement, un visage), de façon à prolonger l'image de la pochette et ainsi créer une illusion. Un salon avec disques à disposition sera installé où chacun aura la liberté de procéder comme en studio de photographie.

#salonsleeveface #discotake

 

 

/ Love Song Experience

 

La recherche d'Aude Le Bihan, chorégraphe et performeuse, se porte sur l'attention à la relation. En s'appuyant sur la pensée anarchiste et en utilisant l'outil hypnotique, elle observe les relations déjà présentes (relation au lieu, aux autres, à soi), comme un mouvement pouvant devenir à tout moment une danse entre le dedans et le dehors, l'ici et l'ailleurs.

« Love Song Experience » est un scénario de suggestions sous la forme d'un parcours, une viste de cinq chambres. Ce parcours se fait à deux. Les personnes ne se connaissent pas, elles prennent rdv individuellement et attendent leur tour dans une salle d'attente. Aude Le Bihan les accueille dans son cabinet et leur présente l'expérience : chaque duo est invité à habiter quatre chambres pendant 15 minutes. Chaque chambre est aménagée et éclairée de manière différente, ce qui impliquera différentes positions de corps et différentes proximités.  Les personnes sont invités à s'y installer et à se lire des chansons d'amour. L'agencement du mobilier, la lumière et l'entrée de la fiction par les paroles de chanson viennent suggérer d'autres mouvements relationnels possible et ainsi une danse entre réel et imaginaire peut avoir lieu. Le parcours se clôture dans le cabinet par un retour sur expérience en présence de A. Le Bihan qui prendra note de la description du parcours par le duo.

 

Aude le Bihan qui formait le duo de la Chèvre Noire a précédemment été accompagnée par Ouvre le Chien dans le cadre d’un compagnonnage DRAC sur la saison 2013-2014.

Discotake - Mix
00:00 / 00:00