AFTER ALL

 

BOWIE COVER / 2017

 

Editions ouvre le chien 

durée : 4'47

 

One year ago, on the eleventh of January, as I woke up  the sun had died out. A dark planet had taken its place. A star, yes, but  forever stuck inside my own universe. I had lost my bearings. The day before, the man who lived inside David Bowie’s body, with all his ghosts, had ended his earthly existence. In an ultimate graceful act he had put together in a last opus the motley pieces of a puzzle, the catalyst of every assumption, every desir, every secret.

There is no such thing as memory. Only life lays shadows like so many souls that float with our irrepressible energy to compose. They ignite our aspirations. Memory is a lottery that draws the chips of fortune at random like tiny traps. On the contrary, the death of the loved one weaves everyday the evident threads of shared moments of connivance that were lost in the tumult of life.

Even if the collapse of a mountain causes much more commotion than the rise of a promising one, I  savour this presence to the orphan,  like the cup of victory. An invisible Odyssey.

I live, with these careful moves, this face serene against distubed spirits. These thirty-four concerts I have attended, each breath and each mirage I have kept to myself.

My trips were as many conquests.

And the music too, whose slightest melody is a milestone in the building of a life-my life.

I don’t remember anything, because it has all been processed into me.

I have never met David Bowie, even if we happened to be less than three metres from each other on a couple of occasions. For thirty-seven years, I have been through his works and the mysterious echoes of his influence on my close surroundings. His voice so present. His works, so immense.

I had to answer him on this anniversary, in the way he had taken the world by surprise on the same day in 2013 after a ten years long silence.

Such a long silence,but such a moving reunion too.

« After all », because disenchantment, emptiness, solitude pervade this piece, and are after all, the foundations of this monument.

Conception : Renaud Cojo. Réalisation : Laurent Rojol. Danseurs : Louise Lecavalier, Frédéric Tavernini. Produit et Mixé par Christian Quermalet. 12 Cordes, Violon, Mandoline : Joseph Doherty. Claviers, Boites à Rythmes, Guitare, Programmation : Christian Quermalet. Choeurs : Zita Couranjou, Joseph Doherty, Christian Quermalet. Chant et Stylophone : Renaud Cojo

 

plateformes : youtube, viméo, RAI 5 (Italia)

 

© 2015 Editions Ouvre Le Chien

je parle en fou

 

Bertrand Belin / 2015

Editions Wagram Publishing / Cinq7

durée : 4'42

Un film écrit et réalisé par Renaud Cojo

Avec : 

Bertrand Belin, Mona Allers, Aude Le Bihan, Christophe Blémon, Zita Couranjou-Gendre, Michelle Dascain, Emilie Moget, Bernard Pruvost, Noémie Sage, Frédéric Tavernini. 

Image : Denis Louis

Assistante Caméra : Natacha Raymond

Electricité-Machinerie: Richard Weber

1 ère Assistante Réalisateur: Cyrielle Bloy

2 nde Assistante Réalisateur : Aude Le Bihan

SteadiCam : Christophe Blémon

Régie : Marianne Carayon / Mathilde Carayon

Maquillage Effets Spéciaux : Didier Truaisch

Renforts régie : Stéphanie Cliquennois / Clarice Plasteig dit Cassou / Eliott Manceau / Thierry Rousseau

Montage : Clément Rière

Etalonnage : Lucie Bruneteau 

Moyens Techniques :Papaye, Eye-Lite, La Couveuse à Films, dLO, Steadi Movies

Post-Production : Philéas Production

Production : Cinq7 / Wagram Music

Alan Gac

Guillaume Lhermitte

Production Déléguée : Ouvre le Chien, Thierry Rousseau

Management Bertrand Belin : Chet

Remerciements : Aquigestion, Vincent Bloy, Rémi Carayon, Christian Couderc, Eric Deup,Frédéric Martin, Philippe Payet, Laurent Philton, Michel Schweizer, Charlotte Villard 

 

Bertrand Belin - Je parle en fou

Ecrit et composé par Bertrand Belin

plateformes de diffusion : youtube, viméo, télévision

© 2015 Editions Wagram Publishing / Cinq 7 /  Ouvre Le Chien

"LOW"

 

2015

 

Musique Philip Glass (Glass, Bowie, Eno)

Symphonie N°1 « Low » (1992)

durée : 45'

Ecriture et Réalisation : Renaud Cojo

Image : Denis Louis

Lui : Bertrand Belin

Baby Grace Blue : Uta Eismann

L’enfant : Oscar Panisset-Barachant

Léon Blank : Eugène Moritz

Algerian Touchshriek : Pierre Barachant

Ramona A Stone : Odile Hautemulle

Premier infirmier dans le bar : Ronan Favereau

Deuxième infirmier dans le bar : Stéphane Lalloz

Un couple d’amoureux : Amandine Thiriet et Pierre-Jérôme Adjedj

L’homme au blouson de cuir : Flieger Fisher

L’homme qui indique la bonne direction: Fernand Schmitz

La femme « Heroes » : Louise Lecavalier

 

Assistante caméra : Natacha Raymond

Assistant réalisateur et technique : Benoît Arène

Première assistante : Elodie Colin

Deuxième assistante : Cyrielle Bloy

Chef électro : Benjamin Schmidt

Drône : Cornélius Diemer

Cadreuse drône : Anke Riester

Costumes : Odile Béranger

Copiste : Laurence Jérôme

Accessoires : Renaud Cojo

Régie : Pierre-Jérôme Adjedj

Assistant de production : Jeremy Rossi

Administration : Ali Gacem

Montage, Générique et effets : Clément Rière

Conception Néon : Jean-François Ciutat

Post-Production, Etalonnage : Lucie Bruneteau

Photographie Plateau : Pierre-Jérôme Adjedj

Equipe Complémentaire Montréal :

Premier assistant : Laurent Rojol

Assistant caméra : John Lipsz

Construction décor : Jaden Scholes

Studios du Château St Ambroise

Production : Spectre Productions en coproduction avec Les Films Jack Fébus et Ouvre le Chien,

Avec la participation du DICRéAM

Avec le soutien du Bureau du Théâtre et de la Danse / Institut Français d’Allemagne

Produit par Cédric Walter et Olivier Marboeuf

Renaud Cojo et Spectre Productions remercient :

Le C.A.P.C de Bordeaux , Werner Borchert du Bunkersdatd Wündsdorf, Le Brücke -Museum de Berlin,  Brandenburgische Boden Gesellschaft für Gründstücksverwaltung und verwertung mbH, Matteo Canalis Wandel de l’Olympiastadion, Bernhardt Hanke du Heilstatte Grabowsee,  Selim et Elif Ceran Du Pallasseum Wohnbauten (Berlin-Schöneberg), Haus der Offiziere à Wündsdorf Waldstadt , Café Neues Ufer (Berlin-Schöneberg), Fernand Schmitz pour le Tippi Land (Spreeufer Weg), Jüdisher Friedhof Weißensee, Hansa Ton Studios (Kreuzberg-Berlin), Hamfelder Hof,  Eve Sälhoff, Mathilde et Elie Fux, Marianne Couranjou, Stella Libert, Jean-François Huchet, Studio du Château (Montréal), Virginie Despentes, Julien Arnaud

Matériel Caméra : Neoncam & Planning Caméra

Post-Production : Philéas Production (Bordeaux)

Matériel Electrique : Bernhard Wunderlich Videoequipmentverleih

Véhicules : Cicar (France), Robben & Wientjes (Berlin)

plateformes de diffusion : spectacle "Low/Heroes, Un Hyper-Cycle Berlinois", viméo, cinéma (dcp), Festival International du Film Musical de Turin "Seeyousound" (Fev 17), DVD

 

© 2015 Spectre Production – Les Films Jack Fébus  - Ouvre Le Chien