Je suis né en 1966, j’ai grandi en banlieue de Bordeaux dans la petite ville de Villenave d’Ornon dans le quartier de Chambéry où il n’y avait pourtant aucune montagne. Souvent le weekend et pendant les vacances, je partais chez mes grands-parents qui vivaient en Bas-Armagnac où bien plus tard j’achetais également une ferme (elle a été revendue depuis). A l’école, je redessinais  de mémoire leur belle maison pendant les cours afin d’éprouver le principe de téléportation.

Le samedi soir j’allais à la messe, ce qui me laissait un temps tout à fait appréciable pour rêver dans le silence des églises. Je me souviens de mon premier 45 tours Pipiou présente tous vos grands amis, de mon premier mange-disques (The Soundmaster Pack 80 bleu), de mon premier appareil photo (Kodak Brownie Scarlet), de ma première chambre seul à 14 ans, de mes premiers enregistrements sur musicassette. 

A seize ans, je joue Géronte dans le Médecin Malgré Lui, imitant alors le directeur de mon école. Début de la reconnaissance.

Plus tard, je suis des études de sociologie tout en poursuivant mes aventures artistiques entre amis étudiants. En 1990, je créée mon premier alias, et me fait appeler Renaud Cojo. Je garde ce nom encore aujourd’hui.

Comédien, metteur en scène, auteur, performeur, réalisateur, photographe, je rencontre le théâtre grâce à la musique, et David Bowie en particulier que je vais voir 37 fois en concert (entre 1983 et 2003). En 1991, je créée le label Ouvre le Chien avec lequel je dirige plusieurs projets. 

D’emblée j’affirme la spontanéité de mon langage, m’opposant aux mécanismes de la représentation pour une forme esthétique libre, articulant mon travail autour de des notions d’instinct, d’ambiguïté, de fragmentation, d’ébauche : les TaxidermistesWhat in the WorldLolicom (avec lequel j’obtiens le prix du jury du Festival du Jeune Théâtre à Alès en 1996). 

 

Pour Louis de Funès de Valère Novarina (avec Dominique Pinon) est créé en 1998 au Théâtre de la Bastille et proposé en tournée nationale sur les saisons suivantes. Il constitue une échappée vers une forme plus entendue de reconnaissance théâtrale.

 

Inquiet, je traverse le théâtre institutionnel, questionnant la représentation de la figure humaine, son entendement monstrueux, grâce à ma « trilogie involontaire ». Je présente en 2000 la création française de Phaedra’s Love de Sarah Kane (avec Thierry Frémont) au Théâtre de la Bastille. Pour le Festival d’Avignon en 2002, je crée La Marche de l’Architecte de Daniel Keene et propose l’étouffant Sniper de Pavel Hak dans un dispositif électro-acoustique à La Ferme du Buisson et à Villeneuve d’Ascq (Labomatic, 2005).

Outre la création théâtrale, je publie le poème-fleuve Rave/ma religion aux Editions William Blake and Co, dont je donne une version performative en 2005. Je joue dans les premiers spectacles de Michel Schweizer (Kings, Scan) et m’agite aux côtés de Patrick Robine dans Le Zootropiste au Théâtre du Rond-Point (2005 et 2006). Réalisateur, j’initie Band In A Phone, projet de captation filmique intégrale, via téléphones portables pour un concert du groupe flamand Zita Swoon.  Encore à cette date, je reste persuadé que ce film constitue une première mondiale (2008).

Après  la création de Elephant People (2007), pop opéra dont la thématique est celle des monstres forains et dont la musique est jouée en direct sur scène par The Married Monk (Discograph Label), Et puis j’ai demandé à Christian de jouer l’intro de Ziggy Stardust (en tournée européenne 2010/2013, repris en 2015 à la Cité de la Musique) propose un théâtre-performance confrontant l’individu à l’instabilité de son identité. Ma relation particulière à David Bowie est le cœur de ce projet.

 

Dans la continuité de ce travail, je tente de prolonger la question de l’identité virtuelle comme moteur d’un théâtre-vérité investissant le champ des réseaux sociaux à travers Plus tard, J’ai Frémi Au Léger Effet De Reverbe Sur I Feel Like A Group Of One (Suite Empire) et Œuvre/Orgueil, d’après les travaux de Edouard Levé au Théâtre National de Bordeaux-Aquitaine (2014). Orgueil en est le prolongement sous forme d’exposition (photographique et vidéographique) grâce à laquelle je parcours, entre autres, 27 771 kilomètres sur le territoire national à la recherche de noms communs de certaines communes françaises. Ce projet invite à une réflexion autour du cheminement mental et les moyens mis en place pour la construction d’un projet artistique plutôt qu’à la « valeur » sa constitution finale. Je m’aperçois alors à 48 ans, que ce sujet baigne finalement tout mon travail depuis le début.

 

En 2015, je tourne mon premier film Low à Berlin pour la trilogie Low/Heroes, un Hyper-Cycle Berlinois que je mets en scène à la Philharmonie de Paris avec l’Orchestre National d’Ile de France à l’occasion de l’Exposition David Bowie IS. La même année je réalise un clip vidéo pour Bertrand Belin Je Parle En Fou (Production Wagram/Cinq7).

En janvier 2015, je crée la performance Par la Preuve que le Réel N’Existe Pas, forme légère pour deux interprètes qui évoque l’invisibilité sociale, dans le cadre du festival FACTS (Festival Arts et Sciences de Bordeaux).

En octobre 2017 après deux ans de travail, je propose le diptyque Haskell Junction (performance/cinéma), qui aborde le thème de la frontière à travers ses acceptations géo-politiques, sociales et intimes. (Théâtre National Bordeaux Aquitaine)

Scénariste de la bande-dessinée Des Pères au Combat, mon album paraîtra en 2020 aux Editions Les Arènes, et mon roman A l'ennemi qui ne m'a pas laissé le temps de le tuer  sera publié en septembre 2019 aux Editions Moires.

Je porte pour les années à venir quelques projets, grâce à des rencontres fortuites et ou peut-être calculées.

© lara herbinia_2017

Curriculum Vitae

 

PLATEAU

« Haskell Junction » / Auteur, Metteur en Scène / Théâtre National Bordeaux-Aquitaine / 2018

« Par La Preuve Que Le Réel N’Existe Pas » / Auteur, Metteur en Scène / Festival Fects Bordeaux / 2016

« Low/ Heroes, Un Hyper-Cycle Berlinois » / Concepteur, Metteur en Scène / Philharmonie de Paris / 2015

« Œuvre/Orgueil » d’après Edouard Levé / Concepteur, Metteur en Scène / Le Carré-Les Colonnes à St Médard-en-Jalles / 2013

« Plus tard, j’ai frémi au léger effet de reverbe sur I Feel Like A Group Of One » (Suite Empire ) / Concepteur, Metteur en Scène / Le Carré-Les Colonnes à St Médard-en-Jalles / 2010

« Et puis j’ai demandé à Christian de jouer l’intro de Ziggy Stardust » / Concepteur, Metteur en Scène / Le Carré-Les Colonnes à St Médard-en-Jalles / 2009

« Elephant People » Sideshow Opéra/ Auteur : Daniel Keene (Traduction Séverine Magois), Metteur en Scène / Le Carré-Les Colonnes à Saint-Médard-en-Jalles / 2007

« Reprise(s) » / Metteur en scène /Le Cuvier de Feydeau à Artigues / 2007

« Bernard Blancan, enfin disponible » / Auteurs : Bernard Blancan et Renaud Cojo / Metteur en Scène Renaud Cojo / Le Carré-les Colonnes à Saint-Médard-en-Jalles / 2007

« Le Zootropiste »/ Auteurs : Collectif d'auteurs du Centre d'Aide par la Travail de Verdelais / Metteur en Scène Renaud Cojo / Théâtre du Rond-Point / 2005

« Sniper » / Auteur : Pavel Hak / Metteur en Scène Renaud Cojo / Tout Nouveau Théâtre Bordeaux / 2005

« Dernier spectacle avant ouverture » / Auteur et Metteur en Scène/ Festival Court toujours à Poitiers  / 2004

« Rave/ Ma Religion » / Auteur et Concepteur / MC2A Bordeaux

« La Marche de l’architecte » /  Auteur : Daniel Keene / Metteur en Scène Renaud Cojo / Festival d’Avignon (In) / 2002

"Phaedra’s Love"  / Auteur : Sarah Kane, (traduction de Séverine Magois) / Metteur en scène Renaud Cojo / Théâtre de la Bastille / 2000

« Les Familiers (Petites topographies des familles sous forme de diaporama, de journaux retrouvés et de chansons courtes à l’usage de ceux qui regardent dans l’autre sens )» / Auteur et Metteur en Scène / Les Chantiers de Blaye / 1999

« Pour Louis de Funès »  / Auteur : Valère Novarina / Metteur en Scène Renaud Cojo / Théâtre de La Bastille / 1998

« LolicomTM » (Manga, Manga ) / Auteur et Metteur en Scène / Scène Nationale d’Angoulême/ Prix du Jury du Festival du Jeune théâtre d’Alés / 1997

« Do Hit! » / Auteur Metallovoice / Metteur en Scène Renaud Cojo / Les Jeudis du Port à Brest / 1995

« Le Voyage de Jean-Pierre Normal » / Auteurs : Thierry Lahontâa et Collectif « Auteurs » / Metteur en Scène Renaud Cojo / Festival de Sarlat / 1994

« What in the W(orld) » ? / Auteur et Metteur en Scène / Festival Sigma Bordeaux / 1994

« Maïakovski Nuage Tour » / Auteur : Vladimir Maïakovski / Metteur en Scène Renaud Cojo / Festival Sous Les Projecteurs (Villandraut) / 1993

« Les Taxidermistes » /  Auteurs : Thierry Lahontâa et Collectif « Auteurs » / Metteur en Scène Renaud Cojo / Théâtre de la Cité Internationale / 1992

« Le Désir attrapé par la queue » / Auteur : Pablo Picasso / Metteur en Scène Renaud Cojo  / 1991

« Outrage au Public » / Auteur Peter Handke / Metteur en Scène Renaud Cojo / Théâtre Barbey à Bordeaux  / 1989

 

FILM

 

« Un Théâtre sur la Frontière » / Doc 25 mn / Réal Renaud Cojo et Laurent Rojol / Dublin Films / 2019

« After All » / Clip Renaud Cojo / Réalisation Laurent Rojol et Renaud Cojo / Ouvre Le Chien Production / 2017

« Je Parle en Fou » / Clip Bertrand Belin / Réalisation / Chef Opérateur Denis Louis / Production Wagram, Cinq 7 / 2015

«  Low »  / Fiction 45 mn / Réalisation / Chef Opérateur Denis Louis / Spectre Production / 2015

« Orpheo Song » / Clip pour le groupe Station / Réalisation / Chef Opérateur Benoit Arène / Ouvre Le Chien Production / 2012

« A Band in a Phone »/ Doc 90 mn pour le groupe Zita Swoon / Conception Renaud Cojo / Ouvre le Chien Production / 2008

 

EXPOSITION

 

« Orgueil »/ Exposition Individuelle / Conception Renaud Cojo / Ouvre Le Chien Production / Le Carré-Les Colonnes à Saint-Médard-en-Jalles, « Le Vivat » à Armentières / 2013 

 

ECRITURE

« Trautonium » / Récit / Editions Moires à paraître en septembre 2019

« Rave Ma Religion»/ Livre + Cd / Editions William Blake And Co / 2003

CV téléchargeable :