Passion Disque / 3300 Tours

 

 

Un Nouveau Protocole de la Rencontre : Territoire/ Habitants/Scène

Passion-Disque / 33 000 Tours : un projet participatif

 

Le protocole sensible Passion Disque / 33 000 Tours initié par Renaud Cojo est né en mai 2019 à l’occasion du Festival DISCOTAKE conçu et organisé par la compagnie Ouvre le Chien (Bordeaux, quartier du Grand-Parc). 

 

La singularité de Passion Disque/3300 Tours  est de mettre en partage le rapport intime entretenu par les habitants d’un territoire avec la musique populaire des années 50 à aujourd’hui, et ce dans le but de construire un spectacle tissant des liens entre récit personnel, parcours de vie, à partir de morceaux musicaux choisis en priorité sur disque vinyle.

 

Le Protocole

 

L’enjeu de 3300 Tours / Passion Disque est d’aller au-delà de notre rapport intime à la musique, de sortir de son intériorité afin de livrer à une communauté, un récit personnel dont le fil conducteur est un album clef, une pierre essentielle dans sa vie personnelle.

 

Sur la base du volontariat, un appel à participation est lancé pour des habitants ou repérés sur un territoire donné (réseaux sociaux, relais de proximité, opérateurs culturels, centres sociaux, etc.) au moins six mois avant le processus. Ensuite la sélection des participants se fait avec une attention portée à l’hétérogénéité des choix musicaux et à l’aspect inter-générationnel, à la diversité sociale des participant.e.s. 

 Ce protocole est bicéphale : d’un côté des écoutes de disque à domicile « Passion Disque », de l’autre, un spectacle construit à partir de ces écoutes : « 33000 Tours ».

 

 A /Passion Disque : Ecoutes de disque à domicile

 

Le principe est simple. Un.e habitant.e choisit de participer au projet sur la base du volontariat. Il.elle désigne un album (chanson française, rock, pop, reggae, jazz, musique contemporaine, afro caribéenne, folklorique, électro…) qui a nourri son expérience de vie. On parle volontiers ici de « disque-doudou ou fétiche » avec lequel la personne entretient un lien affectif particulier et sincère. Souvent ce lien se tisse dés l’adolescence. Ce choix se porte sur la récurrence à écouter cet album de manière régulière, ou en tout cas d’y trouver  « refuge »… Nous sélectionnons 10 habitants.tes.

 

Ce volet permet la rencontre avec un.e inconnu.e dans son propre espace d’habitation, son biotope, et dans lequel l’habitant.e livre un récit en rapport avec le disque qu’il.elle a choisi. Les participants.tes proposent également le jour, l’heure et la jauge des personnes qu’ils.elles sont susceptibles de recevoir chez eux.elles, et ce  via un site internet dédié ou tout autre support. A noter que ce protocole peut s’inscrire dans sa durée globale sur une semaine, soit 5 jours ouverts aux écoutes chez l’habitant.e, et un autre econsacré au spectacle 3300 Tours .

 

Le lieu et le nom de l’hôte sont communiqués aux auditeurs la veille du rendez-vous et de façon individuelle. Les Passion Disque étant gratuits, chacun est invité à amener quelque chose à partager en fonction de l’heure du rendez-vous.

Pour exemple, pour la première édition de ce protocole nous avions calé les rendez-vous sur le petit déjeuner, la café de début d’après-midi, le goûter, l’apéro, le pique-nique du soir.

 

Afin de préparer au mieux ces premières rencontres, Renaud Cojo s’entretient pendant deux heures avec chacun.es des volontaires et participe à une écoute active de l’album avec son interlocuteur.trice, permettant ainsi d’aider le.a participant.e à trouver les voies du récit pour les écoutes à domicile.

 

In fine la rencontre a lieu dans l’espace de vie de l’habitant.e, et pendant laquelle il.elle conduit comme il.elle le veut, ce moment privilégié. Il n’ y a pas de temps fixé à l’avance. Souvent le récit se transforme en une conversation. Il s’agit là également d’une piste de travail. L’important sera toujours la rencontre.

 

 

B/ 33 000 Tours : Le passage à la scène

 

a / Les répétitions 

 

De manière concomitante à ces écoutes privées, souvent un peu avant mais aussi bien un peu après les Passion Disque, un travail de répétition entre les habitants sélectionnés et le metteur en scène/concepteur Renaud Cojo est organisé. Ce travail est proposé sur une amplitude horaire large (de 10 heures à 22 heures) afin de permettre à ceux qui ont une activité professionnelle d’y participer. Le lieu organisateur  fournit un plateau en ordre de marche réservé à ce projet. Les participants.tes explorent la variété du répertoire proposé et la manière dont toutes les mélodies peuvent se croiser les unes et les autres à travers les récits de chacun. Il s’agit d’ouvrir dans le corps « des portes par où l’âme peut sortir pour fraterniser » ainsi que le suggérait Milan Kundera. C’est une étape de travail d’écriture au plateau et de mise en scène.

Ces temps de travail permettent également de préparer les sessions d’écoutes à domicile pour celles et ceux qui n’auraient pas encore appréhendé l’exercice. La communauté est alors en construction.

 

b / Le spectacle

 

Sur la scène dépouillée, dix habitants assis face à face sur deux rangées de cinq. Ils.elles se livrent chacun leur tour au récit constitutif du morceau de leur choix sur le disque proposé pour leur « Passion Disque ». Ce récit n’excède pas dix minutes. Puis à partir d’un dispositif ultra-simple composé d’une platine vinyle, d’un ampli et deux enceintes, l’habitant.e pose son disque sur la platine et procède à l’écoute de ce dernier face au public. Le corps à cet instant est traversé par la musique. Pendant l’écoute et en se retournant progressivement, le.la narrateur.trice dévoile un flash code imprimé sur le dos de son vêtement qui permet d’aller chercher de manière rapide sa biographie sur un lien internet caché.

 

A partir de ce seul morceau sélectionné par chacun, c'est toute une vie en sous-titre, un livret ouvert en annexe qui éclairer la lecture de chacune des représentations.