“Les animaux c’est ce qui nous environne le plus”, (Auteurs du C.A.T de Verdelais)

Les Taxidermistes, adaptation pour le spectacle d’une réflexion menée sur le thème du bestiaire par des personnes issues d’un Centre d’Aide par le Travail, est un concert parlé. Intervention scénique pour voix, sons, maux d’esprit et bruits de la ferme.

« Trente-neuf animaux de zèbre à cochon. Quatre taxidermistes saouls de naïveté, se souviennent de quelques bestioles : la poule, la pieuvre, le flamant, l’escargot, etc...Conciliabule d’experts zoologistes, experts en la manière - poésie extravagante - souvenir du lointain, avant le diktat d’une rigueur en marche. Quatre taxidermistes se souviennent de l’abeille, de la dinde, du chacal, du pingouin... Quelles convenances pour « ces imbéciles heureux », encyclopédistes implacables? Qui croire? Quatre taxidermistes, ivres de la jungle. »

     

Renaud Cojo

 

« C’est arrivé pas trop loin de chez nous. Un aréopage de malades mentaux bien inspirés à écrit collectivement un bestiaire qui met loin derrière lui les humoristes professionnels de la chatouille et même les exploits de nos académiciens de l’absurde. Quatre comédiens allumés ont planté leurs pupitres dans le foin de l’étable pour nous en dénoyauter les fruits rares. De la fourmi à la taupe, du lion au chat, étant bien entendu que la maladie du mouton c’est le méchoui (...) »

   

Jo Dekmine, Théâtre 140 (Bruxelles),1994