« Bonsoir. Oh ! Quelle journée, euh…On m’a demandé y’a trois jours de remettre la Palme d’Or et euh… je n’ai pas hésité une seconde. Et depuis les choses se sont accélérées… euh...Il a fallu beaucoup de choses , alors j’ai fait dix - huit discours, j’en ai écrit cinq ; on m’en a remis un tout à l’heure, y’a cinq minutes, j’vous l’lirai après, p’t’être que ce s’ra…très bien…euh…Alors, j’donc, j’suis arrivée ici y’a une heure et demie, j’voulais savoir qu’est-ce que c’est Cannes, qu’est – ce que, qu’est-ce qui se passe, c’est comment l’atmosphère, c’est quoi, j’ai demandé partout, alors j’ai…J’ai eu comme ça des bribes de réponses, euh… qui m’disaient : « Oh ! Cannes c’est chiant mais c’est chiant, j’vous l’dis, c’est beaucoup mieux à Cabourg ». Et euh… oui d’accord mais les films c’est quoi, euh… les films euh…oh ! Y’a eu euh… heureusement le Almodovar qui a un peu réveillé la Croisette. Y’a, chhhh… pardon ? Il y a, il y a, enfin bon j’m’embrouille mais… (RESIPRATION), j’vais y arriver, euh… il y a tous ces films, euh… qui sont…euh… qui sont là ce soir et qui ont été, euh…, euh…, vus… »

En tous cas, je serai, euh… très heureuse pour le bienheureux qui aura ce soir cette, cette Palme d’Or et qui nous rappelleront, euh…, tous ceux qui ont eu la Palme d’Or et qui… , et tous ceux qui ne l’ont pas eue mais qui ont accompagné le cinéma, qui ont fait le cinéma et qui euh…Et qui, et c’est important et , et j’voulais vous parler… j’voulais vous parler de…de…de… ch…, j’voulais vous parler d’aut’chose que de cinéma, parce qu’il y a d’aut’chose d’important que le cinéma et puis, et puis j’ai passé une journée avec des enfants (SIFFLETS) gravement malades, et je peux vous dire (SIFFLETS) que le cinéma est une chose qui compte dans le monde, plutôt que de faire la guerre, on fait du cinéma et je vous dis que ça fait rêver les gens, et ça leur donne un… un but, un projet… euh… à court terme et quelque chose qui reste pour toujours… euh…

Je vais maintenant…. »

Sophie Marceau, Cannes 2007