Une langue secouée de rafales. Avec la compagnie Ouvre Le Chien, Renaud Cojo monte un texte important de Pavel Hak, Sniper, qui s’enfonce dans les profondeurs de l’humanité, a « part d’obscur » qui trouve ses racines dans le processus même de civilisation. Après Sarah Kane et Daniel Keene, Cojo continue en archéologue à creuser ces strates d’histoires qui montrent le monstre qui travaille en nous ; Pavel Hak prend ces questions à bras le corps, dans une langue quasi expressionniste, asphyxiante et comme secouée de rafales. Une écriture essentielle à découvrir, publiée par Tristram, et portée par un acteur d’exception, Bruno Blairet. »

Mouvement (Janvier - Février 2005)